L’association Maison Madeleine regroupe des particuliers de tous les secteurs d’activité et aux engagements divers. Leur but commun est d’œuvrer au développement du lien social des personnes en fragilité, par la mise en place d’actions de sensibilisation, d’ateliers thématiques et de projets innovants d’habitat intergénérationnel et solidaire.

Notre association est composée d’adhérents, qui s’engagent à agir selon les principes et valeurs de l’association précisés dans une charte signée à leur arrivée.
L’association est présidée par un conseil d’administration, élu par l’assemblée générale des adhérents, qui organise l’action de l’association d’un point de vue stratégique et opérationnel.
L’association reçoit le soutien de bénévoles et de partenaires institutionnels qui jouent un rôle essentiel dans la réalisation de son projet.
Si vous souhaitez participer à notre action et que vous ne savez pas comment, rendez vous sur la page Soutenir notre action.


Le mot de la fondatrice

Dès l’âge de 14 ans, j’ai œuvré en tant que bénévole auprès de personnes qui rencontraient des difficultés diverses liées à l’âge, au handicap ou à une situation financière compliquée. Celles-ci se confiaient souvent à moi et j’étais étonnée de l’isolement social qu’elles disaient toutes ressentir, quelle que soit leur situation, à domicile ou en institution.

C’est le point de départ de mon rêve pour toutes ces personnes en fragilité : des lieux de vie qui combineraient la sécurité du collectif, un mode de vie familial et l’intégration dans la vie sociale, permettant la disparition de ce sentiment d’isolement. C’est partant de cette intuition et après un long cheminement fait de rencontres et d’apprentissages que j’ai fini par décider de concrétiser cette idée, avec l’aide des autres membres fondateurs de l’association.

Le projet porte le prénom de ma grand-mère, Madeleine, qui, diminuée mais autonome, et ne connaissant pas d’alternatives, a décidé d’entrer en EHPAD pour y séjourner 11 ans, jusqu’à son décès en 2018. Madeleine représente toutes ces personnes privées du choix d’un lieu de vie qui leur convienne et nous rappelle l’urgence d’œuvrer au développement de solutions d’habitats alternatifs.Evolène de Gentil Baichis

Partager cette page :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin